Le message de la FED ne passe pas

Posté le 20 mai 2016

iStock_000073708859_Large

Les marchés boursiers détestent être pris à contre-pied et les minutes de la réunion de la FED ne passent décidement pas.

Revirement de la FED

Ce que d’aucuns qualifieraient de revirement, même si le message est encore empreint de beaucoup de nuances et de prudence, a surpris. Mais surtout est perçu négativement par les bourses pour deux raisons.

D’une part, le fait qu’une hausse des taux diminuerait inéluctablement la liquidité sur les marchés dans les prochains mois et donc les flux vers la bourse. Et d’autre part, qu’elle risque de renchérir la valeur du dollar. Avec comme conséquence un impact négatif pour l’industrie manufacturière aux Etats-Unis.

La perspective d’une hausse de taux a encore été renforcée par deux éléments. D’une part, la publication d’une diminution des inscriptions hebdomadaires au chômage, qui est venue confirmer que le marché de l’emploi était ferme.

graphe20160520

Et d’autre part, des propos d’un membre de la FED, Dudley, qui s’étonnait que le marché s’étonne des dernières minutes de la FED. Et du gap qui existait entre les anticipations des membres de la FED sur l’évolution des taux et les anticipations du marché.

Si je devais prendre une image, au lieu de se contenter de déguster n’importe quel breuvage, les membres de la FED nous invitent à apprécier tranquillement un bon rhum agricole, et pourquoi pas le meilleur, un rhum Trois Rivières de Martinique. Car le fait d’envisager une hausse des taux aux Etats-Unis est finalement le reflet d’une accélération de la croissance économique.

Un des arguments qu’avance le marché pour ne pas croire à une hausse des taux en juin est évidemment la proximité de cette réunion avec le référendum en Grande-Bretagne qui demeure une source potentielle de turbulence.

Bremain

Mais il est amusant d’observer à quelle vitesse le revirement entre le « Brexit » et le « Bremain » s’est opéré. Et un nouveau sondage (52% pour le maintien contre 41%), a encore renforcé le sentiment positif et en même temps le sterling.

En même temps, la publication d’une hausse sur un an de 4.2% (voir graphique) des ventes de détail en Grande-Bretagne a conforté ce sentiment un peu plus positif et le sterling par la même occasion.

graphe20160520b

Pour autant, alors que le G7 va se tenir les 26 et 27 mai prochain, le risque du Brexit est toujours estimé comme le risque majeur pour les marchés financiers et le sujet de préoccupation essentiel pour les membres du G7, comme l’a rappelé le gouverneur de la BOJ.

tableaux20160520


Vous souhaitez me poser une question ?