Infléchissement de croissance aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne

Posté le 12 mai 2016
smelting of the metal in the foundry

smelting of the metal in the foundry

La banque d’Angleterre se réunit ce jeudi dans un contexte évidemment très particulier.

Le Brexit encore et toujours

Un infléchissement de la croissance est attendu en Grande-Bretagne selon les derniers indicateurs composites de l’OCDE.

Ce n’est pas une grande surprise au regard des derniers indicateurs publiés en Grande-Bretagne. Le dernier a enfoncé le clou, avec un recul de -1.9 % sur un an de la production manufacturière, soit sa plus forte baisse depuis mai 2013.

graphe20160512

Même si ce chiffre doit être nuancé par le poids du secteur sidérurgique, qui connait une surcapacité de production, cette baisse de production est clairement l’indicateur d’une diminution des investissements.

Même le secteur immobilier souffre avec un recul de l’indice des décisions d’achat de maisons qui se situe à son niveau le plus bas depuis 2008.

Pour autant, la BOE ne va pas modifier ses taux, coincée par le référendum, mais va sans doute revoir à la baisse ses prévisions de croissance et d’inflation.

Destitution ?

Au moment d’écrire ces lignes, nous n’avons pas encore de confirmation de la destitution de Rousseff, mais nous avons bien la confirmation de la dégradation de la situation au Brésil.

Les ventes de détail ont connu un recul de -5.7 %, soit le douzième mois successif de baisse.

graphe20160512b

Il est dès lors étonnant de constater que l’indicateur composite de l’OCDE suggère des signes d’inflexion positive au Brésil au regard des indicateurs économiques.

Indicateurs de l’OCDE

Selon ces indicateurs, en zone euro le statu quo domine à l’exception de l’Italie qui connait un infléchissement de la croissance.

Les pays émergents connaissent dans l’ensemble une amélioration des perspectives économiques. Par contre, un infléchissement de croissance est attendu aux États-Unis.

Le Canada affiche une dynamique de croissance, mais bien évidemment cet indicateur n’a pas encore pu intégrer l’impact du gigantesque incendie qui a affecté la production de pétrole.

Cet impact en revanche s’est fait ressentir dans la chute de 3.4 millions de barils des stocks américains selon les données de l’EIA. Même si la chute de la production au Canada d’environ 1 million de barils par jour pouvait avoir un impact sur les stocks aux États-Unis, son impact s’est révélé plus important que prévu provoquant une hausse du prix du  baril.

tableaux20160512