La FED ne fait pas le printemps …

Posté le 27 avril 2016
Sold Home For Sale Real Estate Sign in Front of Beautiful New House.

Sold Home For Sale Real Estate Sign in Front of Beautiful New House.

Le lien très fort qui unissait l’évolution du prix du baril et l’évolution de la bourse s’est distendu depuis peu.

Le prix du baril

Comme toujours la question de savoir si c’est la faiblesse du dollar qui a poussé le prix des matières premières à la hausse, ou au contraire, la hausse des prix des matières premières qui pousse le dollar à la baisse reste entière. Mais dans les faits, le prix du baril poursuit sa hausse sans entrainer dans son sillage les bourses comme en début d’année.

Le retour aux fondamentaux explique sans doute ce phénomène, mais il permet de diminuer la tension et surtout la volatilité et aussi de se concentrer sur l’essentiel.

La réunion de la FED

Pour autant, la réunion de la FED, qui se clôture ce soir, amène un peu de tension et d’incertitude. Et le recul du dollar est aussi la conséquence de la publication d’un chiffre des commandes de biens durables aux Etats-Unis inférieur aux attentes.

En effet, ces commandes de biens durables n’ont augmenté que de 0.8% contre 1.8%, et celles hors transport attendues à 0.5% ont reculé de -0.2%.

graphe20160427

Pour encore un peu plus compliquer l’interprétation de l’état de l’économie américaine, les statistiques sur le marché immobilier partent un peu dans tous les sens.

Selon l’indice S&P/Case Shiller, qui mesure l’évolution des prix des maisons dans 20 grandes villes américaines, les prix ont augmenté de 0.7% d’un mois à l’autre, soit sur un an une hausse de 5.4%. Ce chiffre est légèrement inférieur aux estimations mais reste un très bon indicateur.

Par contre, les ventes de maisons neuves ont reculé de -1.5% mais avec de très grandes disparités régionales dont entre autres une chute dans l’Ouest.

La FED va laisser ses taux inchangés ce soir, mais pourrait laisser la porte ouverte à une hausse des taux en juin, porte légèrement entrouverte.

Baisse de taux

Par contre, il est toujours question de baisse de taux, sans doute pas de la part de la banque du Nouvelle-Zélande aujourd’hui mais plus probablement en juin.

La banque centrale d’Australie pourrait aussi revoir à la baisse ses taux après la publication d’un recul inattendu de l’inflation de -0.2% contre 0.4%, soit un taux annuel à 1.3% contre 1.7%. Assez logiquement le dollar australien a décroché par rapport au dollar malgré la tendance baissière de ce dernier.

Le ralentissement de l’économie britannique devrait être confirmé avec la publication du PIB au premier trimestre. Il est attendu à 0.4% contre 0.6%, soit un taux annuel de 2% contre 2.1%.

tableaux20160427