Un certain rééquilibrage s’opère sur les marchés

Posté le 21 avril 2016
Financial data- stock exchange on the screen, blurred abstract background.

Financial data- stock exchange on the screen, blurred abstract background.

Le marché du pétrole a trouvé un nouvel élan et finalement, malgré la fin de la grève au Koweït, le prix du baril est même en hausse.

Hausse surprise du prix du baril

Comme l’a souligné IEA (International Energy Agency), nous pourrions assister en 2016 à un rééquilibrage du marché avec une diminution de la production de la part des pays non membres de l’OPEP.

Selon l’IEA, nous pourrions connaître un recul de la production de 700.000 barils par jour en se basant sur le constat que les investissements dans le secteur ont chuté de 40 % ces deux dernières années aux États-Unis, au Canada, en Amérique Latine et en Russie.

Mais ce rééquilibrage ne va pas, pour autant, provoquer une forte hausse des prix, car l’Iran et d’autres pays de l’OPEP vont continuer de produire à des niveaux plus élevés.

Réunion de la BCE

Même s’il ne faut rien attendre de neuf de la part de la BCE, la conférence de presse de Mario Draghi est un événement important. Ce dernier devrait garder un ton accommodant et aussi essayer de maintenir une certaine pression à la baisse sur l’euro.

Et même si la BCE ne va pas prendre de nouvelles mesures, elle reste préoccupée par la faiblesse de l’inflation comme le montre le graphique du taux d’inflation dans 5 ans pour 5 ans.

graphe20160421

Baisse de taux encore ?

La banque centrale du Brésil ne devrait pas pouvoir relâcher un peu la pression sur les taux dans le contexte politique actuel. Même si l’inflation au Brésil reste au-dessus des 9 % à 9.34 % elle a quand même connu un léger infléchissement (ligne bleue du graphique), qui aurait permis une baisse des taux (en rouge sur le graphique).

graphe20160421b

En revanche, la banque centrale de Nouvelle-Zélande pourrait encore baisser ses taux la semaine prochaine.

Par contre, la BOE est aussi un peu pieds et poings liés par le contexte politique et doit manœuvrer avec prudence. Alors que l’inflation demeure très faible, il ressort des informations que la hausse des salaires sur les trois derniers mois a reculé à 1.7 % en avril contre 2 % en mars.

Cette information est un élément que la BOE a pris en compte en affichant son intention de laisser les taux inchangés pour une longue période, à savoir toute l’année 2016.

Et la FED qui se réunit la semaine prochaine ne devrait pas modifier ses taux même si les données économiques sont bien orientées et même si les résultats des sociétés offrent parfois de bonnes surprises.

Et c’est parce que le statu quo est attendu que la bourse américaine a encore terminé en hausse et c’est parce que le yen recule encore que le Nikkei termine sur une hausse de plus de 2 %.

tableaux20160421