La volatilité des devises, un reflet des incertitudes

Posté le 8 avril 2016
EUR/USD exchange rate concept (detailed close-up shot)

EUR/USD exchange rate concept (detailed close-up shot)

Je pourrais presque prendre mot à mot mes propos d’hier pour définir la situation actuelle, « les débats prudents de la FED sont finalement le reflet de l’incertitude générale qui continue de caractériser l’état de l’économie mondiale », mais en remplaçant la FED par la BCE.

La BCE

« Nous sommes confrontés à des incertitudes quant aux perspectives de l’économie mondiale. Nous faisons face à des forces désinflationnistes persistantes. Et nous opérons dans un contexte de questionnement sur la voie que va prendre l’Europe et sur sa capacité de résistance à de nouveaux chocs » a déclaré le vice-président de la BCE.
À la limite tout est dit ! Mais manifestement la BCE ne veut pour autant  emprunter des chemins inconnus et inédits en termes de politique monétaire.

Et la révision des prévisions de l’OMC ne va pas contredire cette tendance. Alors que cette dernière tablait sur une hausse de 3.9 % du commerce mondial en 2016, elle a revu drastiquement son chiffre à 2.8 %. Cette révision déchirante n’est pas la première, mais elle reflète clairement le sentiment général qui caractérise le contexte international.

Cette révision est motivée par le ralentissement de l’économie chinoise, la volatilité des marchés financiers (voir le niveau de l’indice VIX), et les fluctuations de change.

Volatilité des devises

Et c’est vrai que les devises sont de nouveau entrées dans une phase de forte volatilité et donc d’incertitude.

Il suffit simplement d’observer la forte baisse du dollar par rapport à l’ensemble des devises, mais en particulier par rapport à l’euro.

Si l’on doit reprendre notre graphe de la corrélation entre l’évolution de la parité en EUR/USD et le différentiel de taux, finalement l’explication saute aux yeux. Le report aux calanques grecques de la hausse des taux de la part de la FED a fait baisser les taux aux États-Unis.

graphe20160408

Le différentiel de taux entre le treasury 2 ans et le bund 2 ans s’est donc réduit avec comme conséquence une baisse du dollar.

Le yen subit aussi cette faiblesse du dollar ce qui pénalise évidemment fortement les exportations japonaises. Mais curieusement ce matin, le Nikkei est en hausse sensible alors que les autres bourses ont clôturé dans le rouge.

Et ne parlons pas du sterling qui reste sous pression avec un niveau de 0.8080 par rapport à l’euro. La position plus qu’intenable de Cameron dans le scandale « Panama papers » ne fait que fragiliser le sterling, mais pourrait aussi signifier sa perte et surtout un Brexit dont les conséquences seraient cataclysmiques.

tableaux20160408


Vous souhaitez me poser une question ?