Le retour d’une certaine stabilité ?

Posté le 18 février 2016

iStock_000068397371_Large

Même si l’Iran soutient l’accord de Doha, et que le prix du baril remonte légèrement, les conséquences de la baisse du prix du baril se font encore sentir.

Abaissement de rating

S&P a, en effet, décidé d’abaisser le rating de l’Arabie Saoudite, du Brésil, du Kazakhstan, du Bahreïn et d’Oman.

Pour l’Arabie Saoudite, le rating est passé de A+ négatif à A- stable, soit deux crans en moins. Comme le Bahreïn, deux crans aussi de BBB- à BB, et Oman de BBB+ à BBB- stable. Ce qui signifie que pour ces pays le rating ne devrait plus bouger dans les deux prochaines années. En revanche, le Kazakhstan a vu son rating passer de BBB à BBB- mais avec une perspective négative et le Brésil, qui a vu son rating passer de BB+ à BB est aussi sous perspective négative et a de fortes chances de voir son rating encore abaissé.

La hausse du pétrole

Notre baromètre pétrole a redonné de la « banane » aux marchés boursiers avec une hausse généralisée, même pour le Nikkei alors que les indicateurs économiques sont moroses au Japon.

La bourse américaine a donc profité de la remontée du prix du baril, et aussi de la hausse de la production industrielle de 0.9 %. Cette hausse est la plus forte depuis novembre 2014 et s’est accompagnée aussi d’une hausse de l’utilisation des capacités industrielles à 77.1 %.

graphe20160218

Concomitamment à ces indices, les minutes de la dernière réunion de la FED montrent que ces membres ont réfléchi à un changement de trajectoire au sujet des taux. Même si concrètement ils n’ont pas encore modifié leur anticipation, la perspective de quatre hausses de taux en 2016 est devenue complètement improbable.

L’inflation en Chine

Légère remontée de l’inflation en Chine à 1.8 % contre 1.6 %, mais les prix à la production reculent toujours, un peu moins, de -5.3 % contre -5.9 %. Mais cette hausse de l’inflation est surtout la conséquence d’un facteur saisonnier de hausse des prix alimentaires durant le Nouvel An. Et la pression sur les prix à la production est toujours le reflet d’une surcapacité de production essentiellement dans le secteur de l’acier et de l’énergie.

Cette surcapacité se reflète dans la chute des exportations nipponnes, qui ont chuté de -12.9 %. Rien que par rapport à la Chine, la chute a été de -17.5 %, liée aussi au Nouvel An, mais comme le montre le graphe le recul ne date pas d’hier.

graphe20160218b

Brexit

Ce jeudi s’ouvre un sommet crucial pour la Grande-Bretagne et pour l’UE. Le sterling est mis légèrement sous pression avec un niveau de 0.78 par rapport à l’euro, mais le marché ne veut pas croire à un scénario catastrophe et parie sur un accord.

Mais ce recul du sterling est plutôt lié au sentiment que la BOE ne devrait pas modifier ses taux en 2016. Car malgré un taux de chômage à 5.1 %, soit un taux de quasi plein emploi, la hausse des salaires n’a été  que de 1.9 % sur le dernier trimestre.

tableaux20160218