La tempête souffle aussi sur les bourses

Posté le 9 février 2016

Blog 16111

La tempête, qui a soufflé sur les marchés financiers, a provoqué de sérieux dégâts et son onde de choc a fameusement bousculé le Nikkei.

La bourse japonaise

Alors que finalement Wall Street avait réussi à limiter les dégâts avec un recul de -1.1 % pour le Dow Jones, le Nikkei termine sur une chute de -5.40 % (en mauve sur le graphe).

graphe20160209

Mais ce n’est pas le seul fait d’armes au Japon, car pour la première fois, le rendement de l’obligation japonaise à 10 ans est passé en dessous de 0 (ligne orange dans le graphe).

graphe20160209b

Il faut dire que le Japon subit à contrecoup l’onde de choc de la lourde chute des bourses européennes hier, de la nouvelle rechute du prix du baril et du raffermissement du yen par rapport au dollar (en vert sur le graphe qui montre la corrélation assez forte avec le Nikkei).

Pourquoi cette nouvelle baisse des bourses ?

A priori rien de neuf pour expliquer la correction que nous connaissons depuis le début de l’année.

En première ligne, le pétrole, qui faute de se stabiliser, provoque énormément de volatilité et d’incertitude.

En deuxième ligne, le secteur financier est en première ligne face à des taux d’intérêt qui reculent inexorablement ce qui risque de peser lourdement sur les résultats. Hier, par exemple, la bourse d’Athènes a chuté de -8.25 %, tirée vers le bas par une chute de -28.31 % du secteur bancaire. A propos de la Grèce, vous avez adoré la saga l’année passée ? Préparez-vous à un nouvel épisode avec les discussions sur les réformes des retraites.

En troisième ligne, le secteur des high tech qui subit une sérieuse correction vu la valorisation élevée qu’il avait atteinte dans un contexte où on craint une réduction des investissements dans le secteur informatique.

A cela, il faut ajouter l’indécision concernant l’attitude de la FED, la crise migratoire que connait l’Europe, le risque de Brexit   (la parité en EUR/GBP a bondi à 0.7770), la guerre en Syrie qui s’intensifie de nouveau avec Alep sous les bombes, les primaires aux États-Unis qui risquent fort d’encore plus compliquer la situation, le ralentissement en Chine, la débandade du Brésil, le virus Zika, …

Le vent va encore souffler fort sur les marchés financiers et nous allons encore connaitre énormément de volatilité.

tableaux20160209