La volatilité du prix du baril ne fait plus rire personne

Posté le 3 février 2016

5112

Tant que le prix du baril ne se stabilise pas, les marchés boursiers vont continuer de connaitre des séances très volatiles.

Rechute du prix du baril

Cela en devient un peu lassant, mais la rechute du prix du baril, avec un recul de -5 % du WTI, a plombé lourdement les bourses. L’annonce par BP d’une perte de 6.5 milliards de dollars en 2015, puis par Exxon Mobil d’une baisse de 58 % de ses bénéfices au quatrième trimestre, n’a évidemment strictement rien arrangé.

La baisse des bourses, combinée à des perspectives de recul de l’inflation sous les coups de boutoir des prix du pétrole, a entrainé un fort recul des rendements obligataires. Dans le graphe, j’ai repris le rendement du treasury 10 ans en mauve, le rendement de l’olo 10 ans en orange et en vert le rendement du bund 10 ans. Mais le plus spectaculaire est sans doute l’évolution du rendement de l’obligation japonaise à 10 ans en bleu dans le graphe, échelle de gauche.

graphe20160203

Après avoir abaissé son taux à -0.10 %, la banque du Japon n’exclut pas de nouvelles mesures si nécessaire et pourrait encore envisager de baisser son taux au-delà des -0.10 %. Depuis l’annonce de vendredi passé, le rendement de l’obligation japonaise est passé de 0.24 % à 0.07 %.

Le chômage recul

En Allemagne, le chômage est revenu à 6.2 % contre 6.3 %, soit un niveau record depuis la réunification en 1990. Le nombre de demandeurs d’emploi a reculé de -20.000 en janvier, preuve d’un marché extrêmement solide.

Si l’on observe le taux de chômage pour l’Allemagne repris dans le tableau publié par Eurostat, il est de 4.5 % en données corrigées des variations saisonnières. Le chiffre pour la zone euro, publié par Eurostat est donc un peu plus optimiste, mais il confirme la tendance à l’amélioration du marché de l’emploi. Pour la zone euro, le taux de chômage a reculé à 10.4 % contre 10.5 %, et doit être comparé au 11.4 % de décembre 2014.

graphe20160203b

Le chiffre des créations d’emploi par le secteur privé aux États-Unis publié par le bureau indépendant ADP est attendu à 195.000 contre 257.000. Ce chiffre est évidemment important, car il donne la tendance pour les chiffres du chômage aux États-Unis publiés ce vendredi. Il ne faudrait pas un chiffre décevant dans le contexte actuel vu la très forte sensibilité des marchés.

Le secteur des services

Autant, le secteur manufacturier souffre, autant le secteur des services reste soutenu. Ainsi, l’indice PMI non manufacturier au Japon a progressé à 52.4 contre 51.5, en Chine à 52.4 contre 50.2, et en Inde à 54.3 contre 53.6. Et il devrait être stable en zone euro et aux États-Unis.

Une incertitude en plus

Le résultat des élections dans l’Iowa crée de l’incertitude dont les marchés financiers n’avaient vraiment pas besoin et une course au coude à coude dans le camp des démocrates serait un énorme facteur d’instabilité.

tableaux20160203