Pas de changement de la part de la FED

Posté le 27 janvier 2016
One Hundred Dollars and Credit Cards

One Hundred Dollars and Credit Cards

Au moins la FED pourra se consoler en regardant les derniers indicateurs aux États-Unis, qui restent très bien orientés.

Les indices aux États-Unis

L’indice de confiance des consommateurs a ainsi progressé à 98.1 contre 96.3, suite à une très bonne perception sur la fermeté du marché de l’emploi.

Deuxième élément de satisfaction (voir graphe), le prix moyen d’une maison dans les 20 plus grandes villes américaines a progressé sur un an de 5.8 % contre 5.5 %.

graphe20160127

Et le léger recul de l’indice PMI des services à 53.7 contre 54.1 est peu significatif et ne remet pas en cause l’état de l’économie américaine.

Pour autant, la FED devrait faire preuve de prudence et de retenue et il y a très peu de probabilité de la voir augmenter ses taux en mars, et donc certainement pas ce soir.

Statu quo aussi en Nouvelle-Zélande

La banque centrale de Nouvelle-Zélande devrait aussi laisser ses taux inchangés, mais dans son cas on parle de baisse de taux, et pas de hausse. Le fait que l’agence de rating Fitch ait annoncé avoir réduit les perspectives de positives à stables ne changera rien dans la décision de la banque centrale.

Avec une croissance de 2.3 % en 2015 et de 2.4 % en 2016, le risque majeur est celui de la faiblesse de l’inflation, qui pourrait inciter la banque centrale a encore agir dans le courant de l’année.

La question se pose aussi pour la banque centrale d’Australie après la publication de l’inflation. Sur le dernier trimestre, l’inflation a progressé de 0.4 %, soit sur un an une hausse de 1.7 % contre 1.5 %. Malgré cette hausse, l’inflation demeure en deçà de l’objectif de la banque centrale et une baisse de taux pourrait encore intervenir dans le courant de l’année.

graphe20160127b

Le pétrole

A nouveau il suffit d’observer la remontée du prix du baril pour comprendre l’évolution des marchés boursiers. Ce rebond est plus la conséquence de la fermeture de positions (prises de bénéfice) que de la fermeture de puits d’extraction. Et l’OPEP ne semble pas vouloir modifier sa politique et escompte plutôt une diminution de la production de la part des autres pays producteurs vu le niveau extrêmement bas des prix.

tableaux20160127