Le pétrole devient du plomb pour certains pays

Posté le 13 janvier 2016
Creative abstract freight transportation, shipment and logistics business industry concept: background from group of color metal cargo containers

Creative abstract freight transportation, shipment and logistics business industry concept: background from group of color metal cargo containers

Il n’a pas fallu attendre longtemps avant que le gouvernement russe n’annonce des mesures d’économie.

L’impact du prix du baril

J’évoquais hier les conséquences désastreuses pour l’économie russe de la chute du prix du baril. Et le fait que le prix du baril soit passé pour la première fois depuis 2003 sous les 30 $ cette nuit avant de rebondir n’arrange évidemment pas la situation.

Selon des informations concordantes, le gouvernement de Dmitry Medvedev demanderait à tous les ministères de sabrer leurs dépenses de 10 % de façon à économiser 700 milliards de roubles. Mais un plan similaire en 2015 n’avait apporté des économies que pour 298 milliards de roubles. Cette mesure sera donc insuffisante et la pression sur le rouble reste toujours aussi forte.

Autre devise qui subit la faiblesse du prix du pétrole, le dollar canadien comme le montre le graphe de l’évolution de la parité en USD/CAD.

graphe20160113

En sachant que la banque centrale a basé ses prévisions sur un baril à 45 $, la probabilité d’une baisse de taux s’est fortement renforcée alors que les investissements dans le secteur énergétique continuent de chuter.

Accalmie en Chine

Même si l’indice de la bourse chinoise est encore dans le rouge, en revanche le Nikkei a terminé en forte hausse de 2.88 % rassuré par les chiffres de la balance commerciale chinoise.

En effet, les exportations ont reculé de seulement -1.4 % contre -6.8 % en novembre et surtout contre -8 % attendu et les importations ont reculé de -7.6 % contre -11.5 % attendu sur un an. Ces chiffres ont rassuré les marchés, mais c’est clairement plutôt l’intention des autorités de stabiliser le yuan qui a apaisé les tensions.

La Grande-Bretagne

La Banque d’Angleterre se réunit demain, mais ne devrait pas modifier sa politique monétaire surtout avec un prix du baril aussi bas. L’économie est déjà confrontée à une inflation beaucoup trop basse, mais en plus la production industrielle a diminué de -0.7 % sur un mois, soit sur un an une croissance de seulement 0.9 %. Le sterling est sous pression et flirte avec les 0.75 par rapport à l’euro alors que le spectre du Brexit commence à peser sur les marchés.

grapge20160113b

Les taux reculent

Une des conséquences de la baisse du prix du baril est le recul quasi général des taux d’intérêt. Même aux États-Unis, le rendement du treasury 10 ans est revenu à 2.13 %, mais plus impressionnante est la baisse des taux en Europe.

Comme le montre le graphe, le rendement de l’obligation belge à 1 an a atteint le niveau historique de -0.374 %. Et la dernière adjudication en Espagne pour une durée de 10 ans a été sursouscrite pour 29 milliards d’euros alors que le montant adjugé était de 9 milliards d’euros.

graphe20160113bb

tableaux20160113