Le pétrole, un puits sans fond ?

Posté le 12 janvier 2016

Red Square at the evening, Moscow, Russia

En dehors de son génie musical et de sa créativité unique, David Bowie est le seul musicien à avoir émis une obligation dénommée « Bowie bond ».

Un semblant de stabilisation

La chute de plus de 5 % de la bourse chinoise, hier matin, n’a pas entrainé les autres bourses qui ont réussi à se stabiliser. Mais cette stabilisation est fragile comme le montre le recul de plus de 2 % du Nikkei ce matin.

Les autorités chinoises essaient de stabiliser la situation et la volonté affichée de maintenir le yuan au niveau actuel a sans doute été l’élément rassurant. Même si la tentation est grande de laisser filer la devise, une stabilisation devrait permettre aux bourses de retrouver une certaine accalmie.

Chute du prix du pétrole

Mais la chute du prix du baril est évidemment aussi un énorme facteur d’incertitude et la chute s’est encore accentuée avec un recul de -7 % du prix du Brent (voir graphe).

graphe20160112

Cette chute continue d’affecter durement les économies des pays exportateurs de pétrole. Deux devises pourraient servir d’exemple, la couronne norvégienne par rapport à l’euro sur le graphe la ligne brune alors que la ligne bleue est l’évolution du prix du Brent.

graphe20160112b

Et le rouble par rapport au dollar en brun sur le graphe.

graphe20160112bb

Pour la Russie, la chute du prix du baril est une véritable catastrophe, car une grande part de ses revenus provient du gaz et du pétrole. Pour éviter de voir le rouble encore se déprécier, les autorités vont devoir intervenir et puiser dans leurs réserves. Alors que les liquidités disponibles dans les deux fonds souverains s’élevaient à 180 milliards de dollars fin 2014, elles n’étaient plus que de 130 milliards en décembre 2015. Et en cas de poursuite de la chute des prix du pétrole, les réserves pourraient manquer et obliger le gouvernement à procéder à des coupes sombres dans les dépenses et relever les taxes.

Comme souligné, les entreprises du secteur énergétique sont aussi impactées négativement par la chute des prix des matières premières. Ainsi, Arch Coal, deuxième producteur de charbon aux États-Unis, a demandé d’être placé sous le régime de la loi sur les faillites pour restructurer sa dette. Il s’agit du quatrième producteur de charbon à se mettre sous la protection de cette loi depuis 1 an aux États-Unis.

Stabilisation

Pour autant, pour reprendre le début de mon commentaire, une certaine stabilisation pourrait s’observer comme l’ont mis en évidence les indices composites de l’OCDE. Ils mettent en évidence une première stabilisation en Chine et au Brésil, mais par contre, encore un infléchissement pour la Russie.

tableaux20160112