Le nouveau plongeon chinois ?

Posté le 7 janvier 2016
Charts of financial instruments including various type of indicator for technical analysis on the monitor of a computer, together with face of Mao Zedong on RMB (Yuan) 100 bill

Charts of financial instruments including various type of indicator for technical analysis on the monitor of a computer, together with face of Mao Zedong on RMB (Yuan) 100 bill

Au moment où on commémore les attentats contre Charlie, ceux du 13 novembre ont sérieusement plombé l’indice PMI des services en France.

Indices PMI des services

Alors que cet indice dans la zone euro est resté stable, celui en France (comme le montre le graphe) a basculé sous les 50 à 49.8 contre 51 avec évidemment un fort recul dans l’hôtellerie et la restauration.

graphe20160107

Par contre, il faut pointer la forte hausse en Allemagne à 56 contre 55.6, soit son niveau le plus élevé depuis 17 mois. Ainsi qu’en Italie avec un indice à 55.3 contre 53.4, soit son niveau le plus élevé depuis 6 ans. Et hors catégorie, l’Irlande avec un indice en léger recul à 61.8 contre 63.6, mais qui connait une croissance insolente.

La Chine de nouveau

Mais heureusement que nous avons ces indices de confiance positifs en zone euro et des indicateurs positifs aux États-Unis, car depuis le début d’année la situation en Chine demeure préoccupante.

Pour éviter une nouvelle dégringolade de la bourse, les autorités ont, ce matin, pour la deuxième fois cette semaine, actionné « les coupe-circuits » après un plongeon de 7 % de la bourse. Mais ce n’est pas la seule mesure qu’elles ont prises pour tenter de calmer les marchés. Elles ont aussi décidé de fixer un nouveau cours pivot pour le yuan à 6.5646 soit son niveau le plus bas depuis mars 2011.

graphe20160107b

Comme le montre le graphe, le yuan a poursuivi sa glissade après cette annonce et cela reflète clairement le ralentissement de l’économie chinoise et la volonté des autorités de tenter de récupérer à tout prix des parts de marché en soutenant les exportations.

Après une séance déjà très négative pour les bourses hier, cette chute de -7 % de la bourse chinoise a déjà provoqué une chute de -2.33 % du Nikkei et entrainera les bourses européennes dans son sillage.

Le pétrole s’effondre

Conséquence, mais pas la seule, le prix du baril a fortement reculé hier et se situe à son niveau le plus bas depuis 11 ans. Mais ce recul du prix du baril est surtout la conséquence  d’une poursuite de la forte hausse de la production.

Mais cette baisse du prix du baril inquiète sérieusement, car elle impacte très négativement les pays exportateurs de pétrole et surtout les compagnies dans le secteur énergétique. La crainte est grande de voir une vague de faillite qui viendrait impacter ce secteur.

Or la situation s’est déjà dégradée en 2015 comme le souligne une étude de S&P. 112 corporates ont fait défaut, soit le niveau le plus élevé depuis 2009. Les sociétés pétrolières et gazières ont été au nombre de 29, soit 26 % du total et celles du secteur minier au nombre de 17, soit 15 %. La majorité des sociétés sont américaines avec 66 sociétés tout secteur confondu, suivi par la Russie avec 9 sociétés et le Brésil avec 8 sociétés.

Les interrogations aux États-Unis

Le chiffre des créations d’emploi aux États-Unis dans le secteur privé a eu beau avoir été excellent avec 257.000 créations, il n’a pas réussi à rassurer les investisseurs.

Ces derniers se sont inquiétés de la situation en Chine, de la tension provoquée par le tir en Corée du Nord, de la chute du prix du baril du pétrole, et aussi de l’attitude de la FED. Selon les minutes de la dernière réunion de la FED, certains de ses membres ont exprimé des doutes sur la dynamique de l’inflation. Les rendements obligataires ont reculé avec un niveau à 2.14 % pour le treasury 10 ans après la publication de ces minutes.

L’indice de volatilité a progressé de plus de 6 % hier, moi qui parlais de la hausse de cet indice lundi comme marqueur à suivre de la tension que nous allions connaitre en 2016.

tableaux20160107