Encore et toujours les Etats-Unis !

Posté le 28 décembre 2015

27129

Le chiffre des inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis est tombé à son niveau le plus bas depuis 42 ans

Excellent chiffre aux Etats-Unis

Avec 267.000 inscriptions, il s’agit de la 42 ème  semaine sous les 300.000, ce qui confirme le plein emploi, qui devrait soutenir la consommation aux Etats-Unis. Ce chiffre conforte la décision de la FED, et le rendement du treasury 2 ans a continué de légèrement augmenter avec un niveau actuellement à 1.01%.

graphe20151228

Les doutes sur le Japon

Le gouvernement a, à peine, annoncé un plan de relance ambitieux, pour ne pas dire irréaliste, que de nouveaux indicateurs viennent déjà remettre en cause sa fiabilité.

Non seulement la production industrielle a reculé de -1%, alors que les analystes tablaient sur un recul de -0.6%, mais les ventes de détail ont également reculé de -1% sur le mois de novembre. Ces chiffres font évidemment craindre un début d’année extrêmement poussif, et après une croissance qui avait été révisée à la hausse au troisième trimestre, on peut craindre un dernier trimestre très décevant.

La stabilisation du prix du pétrole

En cette fin d’année, la stabilisation du prix du baril de pétrole a permis aux bourses de se reprendre légèrement et a réduit les tensions sur les devises. Mais son évolution sera un facteur essentiel en 2016.
Selon un dernier sondage, l’économie russe devrait connaitre une contraction de -3.5% de son PIB en 2015, et une légère hausse de 0.3% en 2016. Mais ce dernier chiffre est basé sur un prix moyen du baril à 50$. Dans le cas d’un prix qui resterait confiné entre 30-35$ le baril, le PIB devrait se contracter entre -1.5% et -2%.

Le simple fait que le Japon a connu un recul de -1% de sa production industrielle a pesé sur la demande de pétrole, lui qui est le troisième plus grand consommateur de pétrole au monde. Dans un contexte où l’on continue de nager dans le pétrole vu les excédents de production, la moindre faiblesse de la demande ne peut que tirer les prix vers le bas. Avec comme conséquence alors de peser sur les résultats des sociétés énergétiques ainsi que sur les devises des pays exportateurs.

tableaux20151228