La grande détresse des pays exportateurs de matières premières

Posté le 22 décembre 2015
Oil refinery smoke from a petrochemical plant against deep blue sky

Oil refinery smoke from a petrochemical plant against deep blue sky

Si le pétrole vient jouer le trouble-fête sur les marchés financiers, la chute des prix des matières premières affecte durement les économies des pays concernés.

Les devises en déroute

La chute du rouble (en mauve dans le graphe) est complètement liée à la chute du prix du baril, car pour la Russie, le gaz et le pétrole représentent 70 % de ses exportations.

graphe20151222

Mais le cas de la Russie n’est pas un cas isolé. Le Brésil se trouve dans une situation similaire avec une devise qui côtoie ses plus bas historiques de septembre dernier. La nomination d’un nouveau ministre des finances n’a nullement convaincu les investisseurs, bien au contraire, car on craint qu’il ne renonce au programme d’austérité budgétaire. Moody’s devrait faire basculer le Brésil dans la catégorie des junk bunds dans les prochains mois, comme S&P et Fitch.

Autre devise, qui a un parcours similaire à celui du rouble, le rand sud-africain. Sur le graphe, le rand a remplacé pour la courbe mauve le rouble et se situe par rapport au dollar à son niveau historique le plus bas. Moody’s pourrait aussi abaisser le rating de l’Afrique du Sud après avoir mis sous révision négative son rating la semaine passée. Même si deux crans séparent encore de la catégorie de junk bunds,  par contre  pour S&P et Fitch avec un rating à Baa2 la frontière est ténue.

graphe20151222b

Moody’s pourrait aussi revoir le rating de l’Arabie Saoudite si le gouvernement ne prend pas des mesures pour réduire les dépenses et n’augmente pas les taxes pour compenser le recul des revenus liés au pétrole.

Sans être à des niveaux aussi dramatiques, le dollar canadien et le dollar australien sont aussi sous pression par rapport au dollar et subissent également le recul des prix des matières premières.

Une seule exception

Une matière première fait exception à cette morosité ambiante et a vu son prix s’envoler, la truffe. Victime du réchauffement climatique, la truffe se fait rare cette année, ce qui a provoqué une envolée des prix avec des niveaux entre 650 et 750 euros le kilo, jusqu’à 1.300 euros le kilo dans certains cas. Et pourtant, les étals sont dévalisés.

La bourse de Madrid souffre

Le résultat des élections en Espagne a eu comme conséquence que le parti populaire a perdu sa majorité absolue et que Mariano Rajoy aura bien du mal à constituer un nouveau gouvernement. L’Espagne pourrait se trouver dans une impasse politique qui pourrait conduire à de nouvelles élections si  aucune solution n’est trouvée. La bourse de Madrid a lourdement chuté hier de -3.62 % et le spread entre le bund 10 ans et l’obligation espagnole à 10 ans est passée de 1.10 % à 1.22 %.

tableaux20151222