Le pétrole joue les trouble-fête

Posté le 11 décembre 2015

Blog-pétrole-1610

Comme une majorité de pays producteurs de pétrole essaie de maintenir un cash-flow positif, ces derniers doivent alors  augmenter leur production.

Nouvelle baisse du prix du baril

Conséquence de cette politique, les prix ont continué de baisser d’autant que la hausse de la production s’est encore accentuée sur ces derniers mois. Rien que pour le mois de novembre, l’OPEP a augmenté de 230.000 barils sa production, soit la plus forte hausse depuis novembre 2008.  La production totale s’est élevée à 31.7 millions de barils en novembre, soit une production largement supérieure à la demande.

On estime la surproduction par jour entre 0.5 et 2 millions de barils, ce qui crée une augmentation des stocks, stocks qui pèsent sur les prix et qui mettront du temps à se résorber. Comme le montre le graphe, non seulement les pays de l’OPEP ont augmenté leur production, mais l’ensemble des pays producteurs ont eu tendance à agir de même.

graphe20151211

(Source : Monthly Oil Market Report, OPEC, December 2015)

Pas d’inflation

Pas étonnant évidemment que l’inflation reste atone, car en plus de ce choc de l’offre, la demande venant de Chine s’est tassée suite au ralentissement de la croissance.

Conséquence, comme le montre le graphe, les prix à l’importation aux États-Unis ont baissé de -0.4 % contre -0.3 % en octobre à cause de la baisse du prix de l’énergie. Sur un an, les prix ont fléchi de -9.4 %.  Mais pour autant cela ne changera pas la trajectoire de la FED la semaine prochaine.

graphe20151211b

Par contre, la BOE a confirmé hier qu’elle laissait son taux directeur inchangé à 0.5 % et qu’elle ne devrait pas changer de politique à cause justement de la faiblesse du prix du baril. Et selon ses projections, l’inflation devrait rester en deçà des 1 % jusqu’au second semestre 2016.

Chute des devises

Dans cette course effrénée de la part des pays producteurs d’essayer de maintenir leurs revenus en augmentant la production,  la glissade des prix entraine dans son sillage les devises.

Comme exemple le graphe de l’évolution de la parité du dollar par rapport au rand sud-africain.

graphe20151211n

 

 

 

tableaux20151211