La hausse des taux aux Etats-Unis, une évidence ?

Posté le 4 novembre 2015

Blog Bernard - 3 - 2710

Le différentiel de taux entre les États-Unis et la zone euro s’est sensiblement élargi ces derniers jours dans une perspective de hausse des taux aux États-Unis. Non seulement, les taux longs aux États-Unis continuent de se renforcer avec un rendement du treasury 10 ans à 2.21 %, mais le différentiel de taux par rapport aux taux européens s’élargit en dépit de la remontée également des taux en Europe.

Le graphe montre l’évolution du différentiel entre le rendement du treasury 2 ans et celui du bund 2 ans (en bleu foncé sur le graphe), qui se situe actuellement à 1.07 %. Il faut revenir à novembre 2006 pour retrouver un différentiel de cet ordre. Et ce qui est intéressant d’observer, c’est l’évolution de la parité en EUR/USD (courbe grise) avec une très forte corrélation entre l’élargissement de ce spread en faveur des taux dollar et le renforcement du dollar. Le mouvement est même très significatif depuis la mi-octobre.

graphe20151104

Mario Draghi enfonce le clou

Il faut dire que, si aux États-Unis, le scénario d’une hausse des taux en décembre se renforce un peu plus chaque jour avec 180.000 créations d’emploi dans le secteur privé normalement attendues, en zone euro, le scénario d’un nouvel assouplissement de la BCE, en décembre également, se profile. Mario Draghi a de nouveau martelé que les risques baissiers pour les perspectives d’inflation et de croissance font que « dans ce contexte le degré d’assouplissement de la politique monétaire devra être réexaminé à la prochaine réunion de décembre du Conseil des gouverneurs ».

Après les indices PMI manufacturiers

Après ces indices, les indices PMI des services vont donner la tendance et vont confirmer que seule l’industrie manufacturière a souffert. Deux indices ont déjà donné la tendance avec un indice PMI des services en Chine à son niveau le plus élevé depuis 3 mois à 52 contre 50.5 et celui en Inde à 53.2 contre 51.3, soit son niveau le plus élevé depuis 8 mois. En zone euro, ces indices PMI des services sont attendus stables avec un niveau de 54.2. Et aux États-Unis, l’indice ISM non manufacturier devrait être dans la même tendance avec un niveau attendu de 56.5 contre 56.9.

La bonne tenue des bourses

Ces dernières profitent des résultats meilleurs que prévu aux États-Unis et de la stabilisation des indices de confiance à travers le monde. Les investisseurs se rassurent avec le sentiment que la Chine pourrait trouver un équilibre et font confiance à leur boussole, car comme l’écrivait Stanislaw Jerzy Lec « repère-toi toujours d’après la boussole, elle sait quand il faut trembler ».

tableaux20151104