La FED maître du temps et du jeu !

Posté le 27 octobre 2015

Blog-tempsquipasse-1610

La capacité de résistance de la zone euro se confirme après la publication de l’indice IFO en Allemagne.

graphe20151027a

Ce dernier a légèrement reculé à 108.2 contre 108.5, et même plus surprenant, comme le soulignait le patron de l’institut Ifo, « le scandale Volkswagen n’a eu aucun impact sur le secteur automobile allemand. L’indice du climat des affaires dans le secteur automobile a même continué à monter ce mois-ci ».

Autre signal encourageant, le chômage en France a reculé et a même connu sa plus forte baisse sur un mois depuis septembre 2007. Sur un mois, le recul est de -0.7 %, mais sur un an le tableau est moins favorable avec une augmentation de 3.1 %. Pour autant, et Mario Draghi l’a encore souligné, la zone euro a besoin de réformes en profondeur et le programme d’assouplissement quantitatif de la BCE, en lui-même, ne peut pas se révéler suffisant pour soutenir durablement la croissance.

Bonne résistance en Grande-Bretagne

L’économie anglaise devrait aussi faire preuve d’une belle résistance avec une croissance attendue à 0.6 % pour le troisième trimestre contre 0.7 %, soit une croissance sur un an de 2.4 %. Pour autant, en l’absence d’inflation, la BOE ne devrait pas modifier ses taux avant l’année prochaine. Et contrairement à la FED il n’y a pas le moindre débat sur une hausse encore cette année.

Le plenum chinois

Cette semaine sera évidemment marquée par la décision de la FED, même si le statu quo est le scénario le plus probable, mais également par la tenue du plénum du PC chinois. À la veille de cette réunion qui se tient durant 4 jours, et où doit être défini le plan quinquennal 2016-2020, le premier ministre Li Kequiang a déclaré « nous n’avons jamais dit qu’il fallait défendre un objectif jusqu’à la mort, mais simplement que l’économie devait évoluer dans une marge raisonnable ».

Mais inéluctablement un ralentissement de la croissance en Chine affecte les économies des pays asiatiques, premiers partenaires commerciaux. Confrontée à un recul de -5 % de ses exportations sur un an, la Thaïlande a révisé à la baisse sa croissance à 2.8 % contre 3 % pour 2015. La Corée du Sud parvient à afficher une croissance de 1.2 % au troisième trimestre soutenue par une forte demande intérieure, qui a pu compenser le recul de -8 % des exportations.

tableaux20151027