Le dilemme de la FED

Posté le 26 octobre 2015

Blog-etatsunis

Les propos de Mario Draghi vont-ils encore plus compliquer la décision de la FED, qui se réunit cette semaine ? En laissant clairement la porte ouverte à de nouvelles mesures, la BCE maintient une forte pression sur les taux mais a surtout provoqué un fort recul de l’euro, qui est passé de 1.14 à 1.10 par rapport au dollar. Si la FED décide d’augmenter ses taux, l’écart de taux s’élargira et donc le dollar se renforcera inéluctablement. La position de la FED avant le message de la BCE n’était déjà pas facile car elle se trouvait tiraillée entre les tenants du statu quo et ceux qui estimaient que la hausse était nécessaire, mais sa tâche est encore plus compliquée maintenant.

La baisse des taux au programme

D’autant plus, que le message distillé par la BCE n’est pas isolé. La banque centrale chinoise a baissé ses taux pour la sixième fois depuis un an pour porter son taux des dépôts à 1.50 %, soit une baisse de 0.25 %, et celui des emprunts à 4.35 % en baisse de 0.25 % également. Elle a également réduit de 0.50 % le taux des réserves obligatoires des banques qui est ramené à 17.50 %.

On attend aussi une probable annonce de la part de la BOJ d’une augmentation de son programme de rachat d’actifs vu la faiblesse de l’inflation et de l’économie. Le gouverneur de la banque centrale de Norvège a estimé que cette dernière avait de la marge pour baisser ses taux et qu’elle pourrait agir encore d’ici la fin de l’année. Il est aussi question d’une possible baisse de taux de la part de la banque centrale de Nouvelle-Zélande, avec un taux d’inflation à 1 % au Canada il n’est pas exclu de voir une baisse des taux dans le futur.

C’est donc dans ce contexte que se réunit la FED ce mardi et mercredi et alors que le chiffre du PIB sera publié jeudi et est attendu à 1.6 % au troisième trimestre contre 3.9 % le trimestre précédent. Dans ce contexte, je table sur un statu quo lors de cette réunion, mais une hausse en décembre après la réunion de la BCE.

La résilience de la zone euro

Quand on observe l’évolution des indices PMI dans la zone euro on ne peut être qu’admiratif de l’excellente tenue de ces indices.

graphe20151026bbb

Comme le montre le graphe, les indices PMI font mieux que résister, ils progressent même en Allemagne où le scandale Volkswagen n’a eu aucun impact sur le secteur manufacturier. L’indice IFO attendu ce jour ne devrait pas contredire cet état de fait avec un indice attendu à 107.8 contre 108.5. Le seul bémol est que pour maintenir leur part de marché, les entreprises ont dû baisser leur prix. Ce qui confirme la tendance à la baisse de l’inflation dans la zone euro, ce qui devrait inciter la BCE à agir en décembre.

tableaux20151026