Qui perd, gagne !

Posté le 23 octobre 2015

blog-bourse-général

La BCE encore prête à agir

Mario Draghi a apporté un sérieux soutien aux bourses en annonçant que la BCE allait revoir sa politique en décembre. Face au nouveau recul de l’inflation, qui entraine une hausse des taux réels, le Conseil des gouverneurs a même envisagé une baisse des taux des dépôts, taux qui sont actuellement à -0.20 %, ce qui a quand même un peu surpris les marchés. Mais clairement, Mario Draghi a laissé la porte ouverte à une prolongation du programme de rachat en déclarant « nous sommes prêts à agir si nécessaire et nous sommes prêts à considérer toute la gamme des instruments de politique monétaire ». En tout état de cause, la BCE ira au bout de son programme de rachat jusqu’en septembre 2016 sans augmenter la taille de ses achats mensuels.

La BCE continue de mettre en avant le risque d’une inflation trop faible en raison de la baisse des cours des matières premières et des inquiétudes concernant les pays émergents. Tout en soulignant que la demande intérieure reste soutenue dans la zone euro. Et il faut souligner que les indicateurs dans la zone euro restent plutôt bien orientés avec entre autres le recul du taux de chômage en Espagne à 21.2 %, soit son niveau le plus bas depuis 4 ans. Les indices PMI attendus pour la France, l’Allemagne et la zone euro devraient confirmer cette très forte résilience de l’économie européenne.

 

Ces propos de Mario Draghi ont évidemment provoqué un fort recul des rendements obligataires, avec un rendement du bund 10 ans qui est passé de 0.57 % à 0.51 %, et aussi un fort reflux de l’euro qui est passé de 1.1330 à 1.1110 par rapport au dollar. Mais ce sont surtout les marchés boursiers qui ont fortement apprécié les intentions de la BCE avec des hausses de plus de 2 % pour la majorité des bourses en Europe, une hausse comparable ce matin en Asie, et des bourses américaines en fort rebond.

Qui perd, gagne

Cela pourrait presque faire penser à l’adage « qui perd, gagne » après les chiffres des ventes de détail (voir graphe) en Grande-Bretagne.

graphe20151023bis

Alors que l’Angleterre a subi une humiliation historique en se faisant éliminer dès les poules qualificatives de la Coupe du monde de rugby, par contre grâce à cet événement les ventes de détail se sont envolées. Alors que l’on attendait une hausse de 0.3 %, elles ont progressé de 1.9 %, soit sur 1 an une hausse de 6.5 %. Ce chiffre, avec en plus la baisse de l’euro, a propulsé le sterling à 0.7210 contre 0.7345 la veille.

tableaux20151023