Le credit, la clef de la reprise en zone euro

Posté le 21 octobre 2015

Blog-décroissance-1610

L’amélioration du credit en zone euro

Si la volonté de la BCE, par son programme d’assouplissement quantitatif, est évidemment de combattre le risque de déflation, son objectif est aussi clairement de soutenir la reprise économique. Dans le résultat de la dernière enquête sur la distribution du crédit bancaire dans la zone euro, publiée hier par la BCE, le communiqué de la BCE confirme que « le programme d’achats d’actifs de la BCE continue de soutenir l’activité de prêt des banques », ce qui constitue un levier essentiel dans la reprise en zone euro.

Pour le troisième trimestre, en zone euro, les demandes de crédit de la part des entreprises ont progressé de 16 % contre 13 % au deuxième trimestre. Et en plus, sur ce troisième trimestre, on a assisté à une nette amélioration des conditions d’emprunt pour les entreprises suite à la pression concurrentielle.

Cette enquête confirme que « les banques continuent d’indiquer que la liquidité supplémentaire apportée par ce programme (le programme de rachat d’actifs de la part de la BCE) est utilisée pour accorder des prêts. Le programme a entraîné un assouplissement net des critères d’octroi et notamment des modalités et conditions attachées aux crédits ».

Ce constat sera très certainement mis en avant par Mario Draghi lors de sa conférence de presse demain après la réunion de la BCE. La BCE devrait aussi laisser ses taux inchangés et maintenir en l’état son programme de rachat d’actifs.

Le retour de la confiance en Belgique

Même s’il n’a pas retrouvé sa médiane (voir graphe), l’indice de confiance des consommateurs en Belgique, publié par la BNB, s’est redressé en octobre.

graphe20151021

Ce redressement est la conséquence d’une meilleure perception de la situation économique en Europe et d’une moindre crainte d’une hausse du chômage. Cette amélioration de la confiance des consommateurs est primordiale, car la consommation intérieure sera l’élément essentiel pour assurer la croissance dans les pays de la zone euro en regard du ralentissement observé dans les pays émergents.

Confirmation de la bonne tenue du marché immobilier aux Etats-Unis

Les mises en chantier aux États-Unis ont augmenté de 6.5 % avec en particulier une forte poussée des mises en chantier d’immeubles collectifs en hausse de 18.3 %. Le recul de -5 % des permis de bâtir n’a pas gâché le sentiment positif qui entoure le marché immobilier aux États-Unis, et d’ailleurs le rendement du treasury a légèrement progressé sur ces chiffres.

Le Japon souffre du ralentissement en Chine

On savait que la première économique impactée négativement par le ralentissement en Chine serait le Japon, et les chiffres confirment cette impression. Les exportations ont augmenté de seulement 0.6 % en septembre contre 3.1 % le mois passé en chiffres annualisés. Dans le même temps, les importations ont chuté de -11.1 %. Les exportations ont chuté de -3.5 % vers la Chine, alors qu’elles connaissaient en même temps une hausse de 10.4 % vers les États-Unis. Ce chiffre décevant des exportations fait craindre de voir le Japon basculer dans la récession avec deux trimestres successifs de recul du PIB.

tableaux20151021