La victoire à la Pyrrhus au Canada

Posté le 20 octobre 2015

Blog-gaz2-1610

L’amer victoire de Trudeau

La majorité obtenue par les libéraux au Canada sous la houlette de Justin Trudeau n’a pas, pour autant, rassuré les investisseurs et le dollar canadien s’est affaibli par rapport au dollar. Il faut dire que le dollar canadien est sous pression avec la baisse des prix des matières, mais l’inexpérience du nouveau premier ministre et les craintes de voir ce dernier augmenter fortement les dépenses publiques ont encore accentué la pression sur la devise. La pression est d’autant plus forte que le chiffre de croissance en Chine pour le troisième trimestre a encore accentué le mouvement de reflux des prix des matières premières. La banque du Canada, qui se réunit demain, n’aura pas d’autre choix dans ce contexte postélectoral que de laisser ses taux inchangés à 0.50 %.

La Russie s’enfonce

Autre pays qui souffre de la baisse des prix des matières premières et qui connait aussi une forte baisse de sa devise est la Russie. Selon les dernières statistiques, les ventes de détail en septembre ont chuté de -10.4 % contre -9.1 % sur un an. Et selon les premières estimations, le PIB devrait reculer de -4.3 % au troisième trimestre, avec une très forte dégradation de la situation sur le mois de septembre.

La bonne tenue du marché immobilier aux Etats-Unis

Comme le montre le graphe, l’indice NAHB, qui mesure la confiance des entrepreneurs aux États-Unis, a atteint son niveau le plus élevé depuis octobre 2005.

graphe20151020

Cet indice confirme la très bonne tenue du marché immobilier aux États-Unis, ce que devraient également confirmer les chiffres des demandes de permis de bâtir et des mises en chantier. Il est évident que ce type d’indices renforce le scénario et la nécessité d’une hausse des taux aux États-Unis, mais le contexte général, avec le recul de la croissance dans les pays émergents plaide en faveur du statu quo. Il suffit pour s’en convaincre d’observer l’évolution du rendement du treasury 2 ans qui est passé de 0.80 %, juste avant la réunion de la FED en septembre, à 0.59 % actuellement. Les résultats plus que mitigés des entreprises américaines ne jouent pas non plus en faveur de la hausse des taux, en particulier, le recul du secteur de l’énergie, mais aussi les résultats décevants de Morgan Stanley. Seul titre qui a fortement gonflé en bourse, et c’est un sacré paradoxe, Weight Watchers qui s’est envolé de 105 % après l’annonce d’une prise de participation de 10 % par Oprah Winfrey.

tableaux20151020