Le debat sur l’inflation agite les marchés

Posté le 15 octobre 2015

Blog-etatsunis

 

Le debat sur l’infation aux Etats-Unis

Le débat fait rage entre les membres de la FED, entre ceux, comme Janet Yellen, qui estiment que l’inflation reviendra vers son objectif de 2 %, et ceux qui veulent voir des éléments tangibles qui confirment cette hausse de l’inflation. Un débat entre les tenants de la courbe de Philipps (qui met en évidence la relation inverse entre inflation et chômage) et ceux de « Saint Thomas ». Car aujourd’hui la baisse du chômage aux États-Unis ne s’accompagne pas d’une hausse de l’inflation et cela depuis plusieurs années. De plus, les derniers chiffres aux États-Unis ne plaident pas du tout en faveur de la hausse de l’inflation. Les ventes de détail n’ont progressé que d’un petit 0.1 % et ont même reculé de -0.1 % hors automobiles. Les prix à la production ont reculé de -0.3 % sur un mois, soit sur un an un taux de 0.8 % contre 0.9 %, hors énergie et alimentation. Et le CPI est attendu à -0.2 % contre -0.1 % sur un mois, soit -0.1 % contre 0.2 % sur un an, et l’inflation de base devrait rester stable à 1.8 %. Ces chiffres éloignent la perspective d’une hausse des taux encore cette année, avec comme conséquence que le rendement du treasury 10 ans a reculé à 2 %, mais surtout que le dollar s’est affaibli, entre autres par rapport à l’euro à 1.1480.

La production en recul en zone euro

Cette faiblesse du dollar n’arrange évidemment pas les Européens et certainement pas la BCE. D’autant plus que les chiffres dans la zone euro marquent un petit tassement. En effet, la production industrielle a baissé de -0.5 % sur le mois d’août, soit sur un an une progression de 0.9 % contre 1.7 %. Après le chiffre décevant en Allemagne, on s’attendait évidemment à un chiffre en recul.

Le Japon va encore avoir besoin de soutien

Au Japon, après le recul de l’indice Tankan de la BOJ, celui de Reuters est tombé à son niveau le plus bas depuis mai 2013, comme le montre le graphe.

graphe20151015

Si par contre, l’indice des services progresse à 27 contre 23, ce ne sera pas suffisant pour inverser la tendance sur l’économie nippone. La BOJ devra inéluctablement encore augmenter son programme de rachat d’actifs vu la faiblesse de la reprise et surtout l’absence d’inflation.

Le recul du chômage en Grande-Bretagne

Même si ce taux ne va pas changer la position de la BOE, il est quand même un signal très positif. Il s’agit du taux de chômage en Grande-Bretagne qui est tombé à 5.4 % contre 5.5 %, soit son niveau le plus bas depuis 7 ans. Et plus remarquable encore, le taux de participation a progressé à 73.6 %, soit son niveau le plus élevé depuis qu’il est mesuré, soit depuis 1971.

tableaux20151015